Recherche

Ed Sheeran s’offre un nouvel album

Vous l’avez peut-être vu dans le film « Yesterday », Ed Sheeran y incarne son propre rôle, mais un rôle assez présent. Une exposition qui lui fait un peu de pub, et Ed a profité de cette exposition pour sortir un nouvel album le 12 juillet. Un album avec des collaborations toutes plus prestigieuses les unes que les autres.

Le film  » Yesterday » était en projet depuis un an et Ed Sheeran  avait d’or et déjà été annoncé, du coup, il est possible que ce nouvel album était aussi en réflexion à ce moment-là. Un film plutôt agréable et intéressant, et même si Ed Sheeran n’est pas le personnage principal, c’est quand même la guest star de ce feel-good movie.

C’est un projet qui s’appelle « Nos. 6 collaboration Project » et pour que la sortie fasse un gros buzz, Ed Sheeran et son équipe ont même confectionnés des pop-up store dont l’un s’est installé à Paris, en face du centre Georges Pompidou, le jour de la sortie du disque.

C’est aussi l’occasion de vendre plus de marchandising, et plus de produits. Ce n’est pas pour rien qu’Ed Sheeran est l’un des plus gros vendeurs de disque.

Sur ce quatrième album, on retrouve des artistes comme Justin Bieber ou Travis Scott, Eminem ou 50 Cents, mais la collaboration la plus inattendue, c’est «  South of The Border » en featuring avec Camila Cabello et Cardi B, ou encore Skrillex sur «  Way to Break my Heart ». Les bons artistes du moment qui marchent et se vendent bien, du coup, ce nouveau projet va assurément cartonner. Du rap, mais aussi des femmes qui sont, aujourd’hui, sur un piédestal.

Fan de rap, Ed Sheeran avait frappé fort avec «  Shape of You » qui était devenu un tube, après la sortie du film

Il y a aussi la surprise d’un vrai morceau rock sur «  Blow » avec Bruno Mars et Chris Stapleton. Un titre un peu à l’écart, mais qui a son originalité avec ses notes de guitares. Mais du coup, est-ce qu’on aime ou pas ? Oui, ça change de ce que peut proposer l’artiste, ça nous donne un autre aspect de son talent.

Publicités

« The Upsite » by Lindsey Stirling

Lindsey Stirling sort un second single «  The upsite » qui annonce son prochain album «  Artémis » qui sortira le 6 septembre.

Son précédent album « Brave Enough » sorti en 2016 lui a valu un certain succès dont le Billboard Music Award du meilleur album de danse / musique électronique. Et bien sûr, pour présenter cet album, elle entame une tournée européenne et passera en France le 28 septembre.

En attendant, on peut réécouter « Underground «

Vendredi sur Mer danse sur le « Chewing Gum »

Cet été, la chanteuse Vendredi sur mer va nous surprendre. Surtout avec son dernier single «  Chewing-Gum », un mélange de pop et de rap.

Entre Daho, Gainsbourg et Bashung, Vendredi-sur-mer navigue entre ses univers toujours à la conquête de nouveaux horizons musicaux et poétique. Ce titre a plus de dynamisme avec une invitation amoureuse et cosmique. Et toujours en français, elle fait partie de ses artistes qui redonnent ses lettres de noblesses à la langue française.

Après un passage chez Quotidien, l’artiste présentera son album lors du festival Day Offs à la Philharmonie de Paris le 10 juillet et le lendemain aux Francofolies de La Rochelle.

Teen Spirit : l’envers d’un télé-crochet musical

Teen Spirit est le 1 er film du réalisateur Max Minghella, réalisateur britannique de 33 ans, produit par Jamie Bell, et dirige la jeune actrice Elle Fanning, étoile montante de 21 ans à Hollywood.

«  Teen Spirit » c’est un mélange entre «  Flashdance «  et «  Fame », avec la pression de la célébrité et des réseaux sociaux en plus ( les selfies avec Violet quand elle est sélectionné pour le concours dans le film). Et puis , le film démontre à merveille le culte d’une star et l’image de la célébrité.

Dans cette histoire, Elle Fanning incarne Violet Valanski, une jeune fille de 17 ans qui rêve de devenir chanteuse. Elle participe à un concours de chant, télé-crochet «  Teen Spirit », un peu comme The Voice. On va donc suivre le parcours de la jeune Violet jusqu’en finale, on voit aussi un peu l’envers du décor , comme le fait qu’on demande aux candidats de signer des contrats avant la finale de l’émission.  Le film montre bien que chaque artiste devient un produit  à partir du moment où il signe un contrat.

En plus de son talent d’actrice, Elle Fanning rajoute une nouvelle corde à son arc : le chant.

Ode à la musique pop

Le film est aussi une belle occasion de réentendre certains tubes de la musique pop comme «  Call Me Maybe » de Carly Rea Jepsen. Et des tubes d’Ellie Goulding comme «  Ligths ». Le film est coproduit par Fred Berger, qui avait aussi produit «  La La Land », et on comprend mieux pourquoi, parce que la musique y a un rôle. D’ailleurs, le réalisateur est vraiment un admirateur de la pop musique.

5 raisons d’aller voir Muse en concert

Muse a investit le stade de France pour son Simulation Theory Tour ; et quelle spectacle ! (Deux soirs de suite, les 5 et 6 juillet ). Quand on paye un billet pour Muse, on ne paye pas uniquement pour un concert, on paye un spectacle de presque 3 h. Et Matt Bellamy n’a pas hésité à se la jouer un peu M au début du spectacle, avec ses lunettes phosphorescentes.

 

  • « Résistance «  et «  Madness » sont dans la set liste. Et c’est là qu’on se rend compte que le concert va proposer des chansons où les fans les connaissent tous par cœur. «  Plug in Baby » a aussi été joué en live, pour les plus nostalgiques. «  Supermassive Black Hole » nous rend aussi nostalgique. «  Madness « fait chanter le public . Quand tout le stade de France reprend en choeur des titres comme  » Time is Running Out », l’ambiance devient quasiment magique.

 

  • Parce qu’ils ont le sens du spectacle et parce que même la chanson d’entrée «  Pressure » a vu débarquer sur scène des danseurs, avant que Matt Bellamy apparaisse sur scène. «  Propaganda » c’est aussi quelque chose en live.

 

  • On ne va pas se mentir. Muse, c’est aussi une grosse machine avec beaucoup d’argent derrière, et vu les effets spéciaux, et la taille de la scène, le public en avait pour son argent. IL y avait une ambiance et toute une atmosphère au Stade de France.

 

  • Parce que Matt Bellamy et ses deux acolytes sont des musiciens professionnels, on peut rester des heures fixés sur les accords, à les observer et à se laisser bercer par la musique.
  • Parce qu’on ne se lassera jamais d’un concert de Muse, et parce qu’on aime autant les anciennes que les nouvelles chansons

 

A chaque fois qu’ils viennent en France, Muse créer la surprise et surprend son public français avec un show exceptionnel. Ce qui fut moins bien, en revanche, c’est tous les téléphones qui gâchaient un peu la vue sur le concert, mais bon, c’est le jeu. Et encore plus, à chaque fois que Matt s’approchait du public.

Fnac Live : un air de déjà-vu

Cette année, le festival parisien a vraiment des airs de déjà vu au niveau de sa programmation.

Thérapie Taxi @ Fnac Live Paris 2019 © Sarah Bastin

Certes, il y a des artistes qui viennent présenter leur nouvel album comme Radio Elvis avec «  ces garçons-là » sortis tout récemment, ou encore Stephan Eicher dans les salons de l’hôtel de ville. Un artiste rare qui vient présenter ses nouvelles compositions. Un artiste rare, et un vrai coup de cœur en live.

Radio Elvis @ Fnac Live Paris 2019 © Sarah Bastin

Parce qu’il avait vraiment une salle et un public rien que pour lui. Radio Elvis sont les nouveaux poètes du rock en français et ont su charmer le public de l’hôtel de ville. Tout comme Bon Entendeur, venu présenter son nouvel album ont ambiancés toute la foule, que ce soit sur le titre de Nino Ferrer remis à leur sauce ou alors sur «  Le temps est bon ». Un classique, me direz-vous. Contrairement à ce que vend la Fnac, ce ne sont pas eux qui proposent les artistes, puisqu’ils ne font pas la programmation, car ce n’est pas leur métier. Thérapie Taxi a ambiancé le public, comme cela a déjà été le cas à Solidays ou aux Francos l’année dernière.

Clara Luciani @ Fnac Live Paris 2019 © Sarah Bastin

Suzanne est LE talent à suivre, elle avait déjà fait sensation aux Francofolies de La Rochelle 2018 pendant un interlude sur la grande scène, là elle a pu bénéficier de plus de temps pour proposer un répertoire avec son univers. Sur scène, Aya Nakamura, la sensation du moment, a 15 minutes de retard, et le public trouve ça limite. Quand elle arrive, elle se prend un peu pour une reine, mais elle fait le travail, c’est déjà ça. Etienne de Crecy aussi, a fait le show en envoyant du lourd.

Thérapie Taxi @ Fnac Live Paris 2019 © Sarah Bastin

Quelques valeurs sûres de la chanson depuis qu’ils ont sortis leurs premiers albums comme Eddy de Pretto et Clara Luciani, qui sont très vite devenus des inconditionnels des festivals. Deux artistes qui sont déjà passés par les Francofolies de La Rochelle. Le duo Pépite a aussi fait sensation sur le parvis, déjà repéré aux Francofolies l’ an dernier. Kiddy Smile fait son show et a mis le paquet, un peu comme à Solidays.

Kiddy Smile @ Fnac Live Paris 2019 © Sarah Bastin
Etienne de Crécy Space Echo Live @ Fnac Live Paris 2019 © Sarah Bastin

En revanche, trop de temps de queue, pour accéder à la scène du parvis malgré une bonne programmation et des artistes en forme. Le festival reste quand même une des festivités de l’été parisien.

Chilla, reine du game

Dans la rap game, les filles commencent peu à peu à s’imposer  dAya Nakamura en passant par Marwa Loud, il va falloir compter sur Chilla qui s’impose peu à peu.

Depuis son hit, « Am Stram Gram » et après une maroquinerie complète début juillet, Chilla allie les mots et le rap avec poésie. Dans cette chanson, elle assume ses mots, sa vision de la féminité et fait un clin d’œil à Instagram. Mais Chilla assume qui elle est.

«  Pour la vie » semble être un titre plus sincère, intimiste, c’est aussi une chanson romantique, pour un homme distant. Chilla prouve qu’elle est une femme de caractère, mais qu’elle peut tout aussi bien être fleur bleue. « Oulala » est un de ces tubes, solide, taillé pour la scène, mais terriblement réaliste. On aime sa façon de démocratiser le rap et de le rendre plus féministe.

«  1 er jour d’école » raconte son passé, Chila. la nous livre ici son expérience vis-à-vis de la vie, et de l’école, parce que l’apprentissage  de la vie, la première fois, c’est comme un 1 er jour d’école. «  Jungle » arrive un peu après, c’est un titre où l’artiste se décrit comme une lionne, une fille qui a du caractère et qui s’impose.

Son album vient de sortir  » Mûn »  avec des titres tous plus féminins les uns que les autres comme  » Bridget » qui est une référence direct à Bridget Jones.  » Coeur sombre » est un titre où elle se dévoile, elle, jeune fille amoureuse de la vie. « Plus la même » parle de sa vie après le lycée, sa vie quand elle décide d’être qui elle est.  un clin d’oeil à une ancienne prof du lycée.

 » Dans le Movie » est un clin d’oeil aux mauvaises nouvelles qu’on reçoit aux journaux, le Movie, c’est le game, et elle montre bien qu’elle ne se laisse pas faire.  » Mira » est un titre en douceur, tout doux, Chilla se dévoile, amoureuse, mais forte.  Qui ne se laisse pas forcément envouter.

Toy Story : Vers le féminisme

Il y a quelques temps maintenant que le cinéma met en avant de plus en plus de personnages féminins, surtout Disney. On se souvient du film «  La belle et la bête » où Emma Watson lui a donné une ode très féministe. Pour le nouveau film des studios Pixar (appartient à Disney) et la suite de Toy Story.

La saga de Toy Story est un succès, et ce quatrième opus est une formidable façon de clôturer la saga. On retrouve Woody, Buzz l’Eclair, Jessy, Rex, M et Mme Patate, et puis les autres. Andy part à l’université et donne ses jouets à Bonny, une autre petite fille qui en a bien besoin. Donc on va suivre le parcours de Bonnie, et son histoire avec ces fameux jouets.

Autre nouveau personnage : Gaby Gaby perdu dans un magasin d’antiquité, dont personne ne veut, mais qui finira bien par être trouver par une petite fille, qui l’adoptera.

Un nouveau personnage arrive Fourchette, jouet que Bonnie fabrique, un jouet complexé. Dublé par la voix de Pierre Niney en français. D’ailleurs, Pixar pointe le doigh le complexe, ce complexe qui rouge notre société.

Le personnage de Gaby Gaby, doublé par la voix d’Angèle dans sa version française, est aussi complexé que personne ne l’aime. Elle a besoin d’amour. L’humoriste Jamel Debouzze aussi double un personnage dans le film, une peluche, Ducky, qui intervient au moment de la fête foraine.

Les trois personnalités françaises : Pierre Niney, Jamel Debouzze et Angèle sont les personnalités fortes du casting de doublage français.

« Aimants » by Monterosso

Pour accompagner les beaux jours à Paris, on vous propose d’écouter un groupe pop qui a de l’avenir  Monterosso, composé de Mathilde et Thomas,  attire le soleil et les beaux jours avec «  Aimants », un disque pop et taillé pour le dancefloor.

On commence avec «  à l’affût » titre exclusivement en français avec une voix très présente. Hymne très dansant. «  Aimants » est encore plus dansant avec ses synthétiseurs et la douce voix de sa chanteuse qui nous envoute. Un aimant qui nous attire vers le dancefloor, sous les projecteurs. Un disque frais et lumineux.

«  Le spleen » est un morceau romantique, pour un moment, en douceur. C’est un titre idéal pour un slow. Les rimes sont bien là pour couplet, et le refrain paraît plus envoutant avec un rythme plus lent. «  Incendie » est une chanson électro, très électrique, et en douceur. Elle apporte un esprit de fête, une ambiance dansante, c’est d’ailleurs en fait la métaphore d’une chanson d’amour. «  Whaterver Happens » est une chanson douce, la voix raisonne comme une berceuse, une berceuse dont on ne peut se passer, et toujours avec cette note d’électro.   C’est le seul titre en anglais, et c’est une chanson assez originale.

C’est LE groupe qu’il faut suivre cet été. Ils seront en concert le 6 juillet au Point éphémère.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑