Recherche

Catégorie

Cinéma

Les films à voir au cinéma cet été

Vous le savez surement si vous avez déjà fréquenté une salle de cinéma l’été. Tout le monde y va, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’autant de bons films sortent l’été, alors c’est l’occasion de sortir et d’aller se réfugier au frais dans une salle de cinéma.

  • Le Roi Lion

Mastodon de Disney, c’est LE film qui a le plus de succès au box-office. Selon des chiffres, les aventures de Simba ont rapportés 7, 6,6 millions de dollars  au Canada et plus de 350 millions aux Etats-Unis. En France, le film a battu le record d’entrée qui était jusque là detenu par Star Wars, toujours produit par la firme Disney.

– One Upon A Time in Hollywood

C’est le nouveau film de Quentin Tarantino avec des acteurs comme Léonardo Dicaprio et Margot Robbit, qui est déjà sorti aux Etats-Unis, et qui sera disponible en France le 14 aout. Choix stratégique, bien sûr quand on sait que la semaine du 15 aout est assez importante en France. Pour autant, s’il a bien marché aux Etats-Unis, est-ce que ce sera le cas en France ? Il y a des chances.

– Spider-Man : Far from home

Personne n’oubliera les Spider-Man du réalisateur de Sam Remi qui sont les meilleures. Pour autant, on ne se lasse pas des aventures de l’Homme araignée. Bien sûr, on a aussi eu droit à deux films « This Amazing Spider-Man », sorti respectivement entre 2012 et 2014, avec Andrews Garfield et Emma Stone, produit par Columbia Picture, et pour le coup, on sent qu’ils ont respectés l’esthétique de S.Remi. L’histoire, les méchants et Mary-Jane sont presque identique. Bon, en même temps, c’est normal parce que «  This Amazing Spider-Man » c’est avant tout un Comic.

C’est bien pour cela qu’en 2017, on découvrait les aventures de Spider-Man : Homecoming incarné par Tom Holland, avec quelques références à Avengers, éléments annonciateurs de « Avengers ». Entre temps est sorti le film «  Avengers Infinity Wars » qui est suivi par «  Avengers Endgame ». Cet été, on peut aller voir au cinéma : Spider-Man : Far from home qui est donc une suite et dont l’aventure se déroule principalement en Europe.

« Yesterday »

On y va surtout pour entendre les chansons des Beatles et suivre le parcours de ce jeune homme devenu musicien qui, après une coupure d’électricité, est le seul à se souvenir de l’existence du célèbre groupe anglais.  Et bien sûr, il connaît Ed Sheeran. Bien sûr, l’invité à ne pas négliger, c’est Ed Sheeran et c’est sans doute surtout lui qui devrait attirer le succès du film. C’est aussi le rencontre de deux générations : celle des Beatles et celle de Ed Sheeran. Enfin, c’est un choix stratégique, bien entendu, même s’il n’a que le second rôle. Mais Ed Sheeran apporte sa patte et sa fraîcheur au film

« Wild Rose »

Pour sortir un peu des BlockBuster, «  Wild Rose » est un film dont l’intrigue se déroule en Ecosse, à Glasgow, et retrace l’histoire d’une jeune femme qui veut devenir chanteuse de country. Un peu comme «  Yesterday », le film est parfait pour nous laisser porter cet été, et nous faire découvrir, par la même occasion, la musique coutry.

 

Publicités

Her smell : la rencontre de deux générations

Plébiscité par la critique et présenté au festival des champs Elysées, Her smell est une épopée rock d’une jeune femme Becky Something, leader de son groupe Something She.

Si le film « Her smell », réalisé par Axel Ross Pery, est le portrait d’une rockstar instable et qui sombre peu à peu dans la décadence tout en tentant de faire renaître le succès de son groupe, celle de Becky Something, qui devient peu à peu instable, y compris avec sa fille, bébé au début du film.  elle mène aussi un combat contre la drogue, qu’elle essaye de s’en défaire, mais qu’elle pousse un bout tout le monde.

Mais c’est aussi le retour de Ashley Benson au cinéma, dans le rôle de la jeune génération. Dans ce film, elle et Cara Delevigne forment un groupe de musique, les Akergirls, soit des fans de Becky Something qui se retrouvent à enregistrer dans le même studio que la star. C’est cette rencontre qui va faire démarrer l’histoire, puisque c’est aussi le producteur de Becky qui produira les Akergirls.

Bien qu’on ne voit pas beaucoup Ashley Benson et Cara Delevigne, mais que l’histoire se soit focalisée sur Becky Something, c’est la rencontre entre deux générations. L’histoire nous rappelle un peu celle de Courtney Love, leader du groupe Hole, qui, elle aussi été instable avec sa fille à ses débuts, Frances Bean Cobain.

Tout au long du film, on se demande : Becky Something va-t-elle évoluer ? Va-t-elle apprendre de cette rencontre avec les Akergirls ? Réponse au cinéma.

Ça reste quand même un très bon film, pour comprendre l’envers du décor d’une rockstar.

« Le Roi Lion » règne sur les audiences

Le lundi 15 juillet, le « Roi Lion » a été diffusé pour la première fois à la télévision et a fait exploser les audiences surtout auprès des enfants. Ce dessin animé sorti le 23 novembre 1934 fait la joie auprès des petits et des grands.

Sans surprise, le dessin animé assure un carton avec 4,5 millions. Depuis quelques temps, c’est M6 qui détient les droits de diffusion de la plupart des chefs d’œuvre disney. Mais si M6 le diffuse la semaine de sortie du film, c’est surtout pour s’assurer un certain succès d’entrer. En fait, Disney s’assure la meilleure stratégie de communication pour faire des entrées, ca passe par des produits dérivés. Des peluches à des vêtements. De même, si beaucoup de médias ont annoncés la diffusion du dessin animé, c’est pour s’assurer un record d’audience, stratégie qui a fonctionné puisque l’audience est au rendez-vous.

Dés la première avant-première du film en live-action, on a pu voir sur les réseaux des commentaires assez négatifs dessus, c’est sans doute suite à ça que Disney a décidé d’en remettre une couche. Déjà, rien qu’en prenant la voix de Jamel Debouzze pour celle de Timon, qui avait aussi prêter sa voix à un des personnages de Toy Story, également produit par Disney.

Est-ce que le Roi Lion sera à la hauteur du succès de « Avengers Endgame » ??  Puisque toutes les séances ont été complètes, très vite. En tout cas, Disney semble être prêt à faire grosse campagne de promo pour s’assurer une success-story.

 

Réponse bientôt.

Teen Spirit : l’envers d’un télé-crochet musical

Teen Spirit est le 1 er film du réalisateur Max Minghella, réalisateur britannique de 33 ans, produit par Jamie Bell, et dirige la jeune actrice Elle Fanning, étoile montante de 21 ans à Hollywood.

«  Teen Spirit » c’est un mélange entre «  Flashdance «  et «  Fame », avec la pression de la célébrité et des réseaux sociaux en plus ( les selfies avec Violet quand elle est sélectionné pour le concours dans le film). Et puis , le film démontre à merveille le culte d’une star et l’image de la célébrité.

Dans cette histoire, Elle Fanning incarne Violet Valanski, une jeune fille de 17 ans qui rêve de devenir chanteuse. Elle participe à un concours de chant, télé-crochet «  Teen Spirit », un peu comme The Voice. On va donc suivre le parcours de la jeune Violet jusqu’en finale, on voit aussi un peu l’envers du décor , comme le fait qu’on demande aux candidats de signer des contrats avant la finale de l’émission.  Le film montre bien que chaque artiste devient un produit  à partir du moment où il signe un contrat.

En plus de son talent d’actrice, Elle Fanning rajoute une nouvelle corde à son arc : le chant.

Ode à la musique pop

Le film est aussi une belle occasion de réentendre certains tubes de la musique pop comme «  Call Me Maybe » de Carly Rea Jepsen. Et des tubes d’Ellie Goulding comme «  Ligths ». Le film est coproduit par Fred Berger, qui avait aussi produit «  La La Land », et on comprend mieux pourquoi, parce que la musique y a un rôle. D’ailleurs, le réalisateur est vraiment un admirateur de la pop musique.

Toy Story : Vers le féminisme

Il y a quelques temps maintenant que le cinéma met en avant de plus en plus de personnages féminins, surtout Disney. On se souvient du film «  La belle et la bête » où Emma Watson lui a donné une ode très féministe. Pour le nouveau film des studios Pixar (appartient à Disney) et la suite de Toy Story.

La saga de Toy Story est un succès, et ce quatrième opus est une formidable façon de clôturer la saga. On retrouve Woody, Buzz l’Eclair, Jessy, Rex, M et Mme Patate, et puis les autres. Andy part à l’université et donne ses jouets à Bonny, une autre petite fille qui en a bien besoin. Donc on va suivre le parcours de Bonnie, et son histoire avec ces fameux jouets.

Autre nouveau personnage : Gaby Gaby perdu dans un magasin d’antiquité, dont personne ne veut, mais qui finira bien par être trouver par une petite fille, qui l’adoptera.

Un nouveau personnage arrive Fourchette, jouet que Bonnie fabrique, un jouet complexé. Dublé par la voix de Pierre Niney en français. D’ailleurs, Pixar pointe le doigh le complexe, ce complexe qui rouge notre société.

Le personnage de Gaby Gaby, doublé par la voix d’Angèle dans sa version française, est aussi complexé que personne ne l’aime. Elle a besoin d’amour. L’humoriste Jamel Debouzze aussi double un personnage dans le film, une peluche, Ducky, qui intervient au moment de la fête foraine.

Les trois personnalités françaises : Pierre Niney, Jamel Debouzze et Angèle sont les personnalités fortes du casting de doublage français.

Le nouveau film « Aladdin », féministe ?

Disney vient de sortir le film «  Aladdin » inspiré du dessin animé, avec de vrais acteurs et des chansons. Cette histoire s’inspire aussi du film de 1940  » Le voleur de Bagdad ».  Bien sûr, si on se replonge un peu dans le dessin animé, la chanson «  rêve bleu » y est comme dans le film.

Dans ce film-là, c’est le génie qui raconte l’histoire d’Aladdin et de la princesse, un peu aussi comme dans la version de l’histoire avec Kev Adams. D’ailleurs, on reconnaît pas mal de détails propres à cette version-là. La plupart des chansons sont vraiment cool, surtout celles de Naomi Scott, qui incarne la princesse Jasmine. On est bien loin du «  tout est bien qui finit bien » des débuts. Les chansons du génie aussi nous rappellent le dessin animé.

D’ailleurs, parlons du personnage de Jasmine : elle rêve de devenir sultane et de prendre la place de son père. Mais voilà : le problème, c’est dans la loi, il est écrit que seuls les hommes peuvent devenir sultan, les femmes, elles, sont là pour voir et être vu. C’est écrit dans la loi. Ce focus sur le personnage de Jasmine n’était pas présente dans le dessin animé.

Parce qu’en fait, depuis le mouvement #Meetoo dans le monde du cinéma, les choses ont changés et évolués dans le bon sens. Et même Aladdin qui a pourtant vécu de belles aventures avec elle tout au long du film, se sent délaissée et s’échappe du palais parce qu’il ne se sent pas légitime. Mais c’est elle qui le rappelle, c’est comme si on montrait que les femmes n’attendent plus les princes charmant à notre époque, elles vont les chercher. C’est aussi une belle façon de montrer ce que fait une vrai princesse : elle gouverne et écoute son peuple.

Pour le coup, chapeau à Disney qui révolutionne un peu ces personnages.

La culture française en série

Les séries françaises ont le vent en poupe, surtout à l’étranger.

Selon le CNC, les séries françaises cartonnent à l’étranger comme « Engrenage « ou en encore le Bureau des légendes.

La série «  Fais pas ci, fais pas ça » diffusé sur France 2 avait fait un carton et s’est terminé en février 2017 même si, selon Guillaume de Tonquédec, elle pourrait revenir. Enfin, pour le moment, on peut toujours se consoler avec «  Le grand Bazar » une série française un peu à la sauce «  fais pas çi, fais pas ça » sauf qu’au lieu d’être à Sèvres, on est à Bagnolet. Espérons qu’elle est autant de succès que sa grande sœur.

Du côté de Canal plus, on a aussi une série comme «  les bureaux des légendes » est celles qui s’exportent le mieux, selon les Echos, ce serait la plus exportée, parce que le distributeur et le co-producteur de la série permettrait de rapporter beaucoup d’argent tout comme la série «  Baron Noire », drame politique à la française.

Aujourd’hui, ce sont aussi des romans feuilletons «  Un si grand soleil » ou «  Plus belle la vie » qui connaissent le succès des audiences.

Mais c’est aussi le cas pour des séries qui visent des publics jeunes comme « Léna, rêve d’étoile » qui n’est pas sans nous faire penser à la série «  Chante ! » avec Priscilla Betti même si l’intrigue n’est pas tout à fait la même, ou encore «  Skam France », sur une modèle d’une série norvégienne,  qui remporte un véritable succès auprès des adolescents, et qui n’est pas nous rappeler le succès de Skin d’origine anglaise, auprès des adolescents des années 2000.

On aime de plus en plus les séries françaises, par opposition aux séries américaines, il y a 5 ans.

On peut dire que la création française a encore de belles années devant elle.

 

 

La musique classique au cinéma

Depuis quelques temps, la musique classique est remise à l’ordre du jour, et elle a une place importante au cinéma. Porté par des acteurs jeunes, la musique classique est dynamisée, le cinéma permet d’ouvrir les consciences.

D’abord, il y a le jazz avec le film «  Green Book : sur les routes du Sud » où le personnage accompagne un musicien en tournée dans le Sud des Etats-Unis. Même si le film aborde plusieurs thématiques différentes comme celle du racisme dans les années 60 en Amérique, la musique reste le sujet principal du film, étant donné qu’il met en scène un musicien.

«  Mon inconnue » de Hugo Gelin retrace l’histoire de Raphaël et Olivia qui se rencontrent au lycée, se marient et Raphaël devient un romancier à succès qui écrit des romans de science-fiction, mais un jour Raphaël bascule dans un monde où il n’a jamais rencontré Olivia, qui est devenue l’une des pianistes les plus célèbres du monde. La musique classique occupe un rôle particulièrement important et c’est ce qui peut toucher. La place du temps est particulièrement intéressante et bien traité.

Cette image redynamise la musique classique et donne particulièrement envie.

Séries Mania/ Game of Thrones

On pourrait presque appeler cet article le business des séries, mais non. Alors que le festival «  Séries Mania » bat son plein à Lille et qu’on peut voir pleins de séries en avant-première avec les concepteurs/créateurs de ces séries.

Mais à Paris aussi, un évènement se prépare. On sait tous que le premier épisode de la nouvelle et dernière saison de «  Game Of Throne » est prévu pour le 14 avril, soit un dimanche. Il se trouve que le lendemain, le 15 avril, le cinéma UGC Normandie diffusera cet épisode à l’occasion d’une soirée spéciale où le décor de la série aura revêtu celui du cinéma. Ou comment une création devient une marque de business.

Parce que si le cinéma diffuse d’organiser cette soirée, c’est surtout pour faire des entrées et s’assurer un certain succès.

GOT est au départ une série littéraire créer par G. R.R Martin qui comporte plusieurs livres et a eu un succès mondial. La série a eu presque autant de succès, du coup, le cinéma qui diffusera le premier épisode de la nouvelle saison tente de s’assurer presque autant de succès.

Si Game of Thrones était un roman de la littérature au départ, maintenant c’est carrément devenu une marque de fabrique, surtout avec le fameux #Winteriscoming repris un peu partout sur les réseaux sociaux, qui, au départ, est une invention de la série. Cette soirée est aussi en partenariat avec OCS, la chaîne des séries par excellence.

Les séries sont un business et Game of Throne en ait clairement devenu un. Alors, il ne plus qu’à espérer que la saison 8 remporte un franc succès.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑