Recherche

« All the Colours » by Colours in the Street

Credit Photo : Laura Gilli

La chanson française n’a pas chômer durant cette période, et d’ailleurs Colours in the street, 4 musiciens originaire de Niort,  nous dévoile son deuxième album  » All the Colours », le premier étant sorti en 2015. Un disque en anglais qui fait résonner les influences outre-atlantiques.

On avait déja eu l’occasion d’écouter « Somebody » et   » Aux étoiles » mais c’est un incroyable coup de coeur aussi sur le morceau  » Full of Love » un titre pop et disco, et on va vraiment vers le disco avec le titre  » Comedy Club » chaque titre est taillé pour la radio ou mieux, pour le dancefloor.  Dans la réalité des faits, on ne pourra pas danser en boîte de nuit cet été, alors peut- être avoir des titres dansant dans la tête.   » Let me Kiss You » est un morceau beaucoup plus pop rock, sensuel, avec la voix qui nous murmure des mots à l’oreille.

 » Séoul » est un morceau qui nous fait voyager en douceur.  » I feel Alive »  est un morceau pop, avec des choeurs qui viennent intensifier la voix, tout en douceur.   » You can’t talk to me » est un titre aux sonorités très pop, et dansante.   » Say My Name » est une chanson douce, romantique, une ballade pop qui nous donne des frissons, tout en anglais.  les choeurs nous donnent des frissons.  » Sorry » est plus sur une tonalité très douce, avec une voix envoutante, sur une note très épurée.  » Aux étoiles » nous transporte sous les étoiles avec sa mélodie très épurée.

« I won’t Believe »  est un titre pop et dynamique, très entraînant, avec une voix qui nous caresse et nous fait danser.  Le tempo est assez bien rythmé et nous propulse sur la piste de danse.  » Don »t stop » est un contraste entre la pop et le rap, la voix oscille entre ces deux univers, et une seconde lui répond. C’est une chanson à deux voix.  » Dancers » est un titre pop aux sonorités épurées, un titre taillé pour danser le soir sous les étoiles.  Le morceau est dynamique sur certains aspects et nous donne le ton. C’est un titre pour danser.   » Strangers » est un titre communicatif, dansant.

Un album haut en couleur totalement envoutant.

Julien Granel fait sa  » Bagarre Bagarre »

Après avoir fait les premières parties d’Angèle en 2019,  il risque de devenir l’un des artistes les plus en vue de sa génération. Julien Granel, originaire des Landes est clairement l’un des artistes à écouter cet été, avec une musique aussi pop que légère, taillé pour les soirées d’été sur la plage.

Déja, ça se ressent avec le 1 er morceau  » Bagarre Bagarre » aussi doux avec la voix de Julien très dynamique.  » Les nuits » est un hymne ensoleillée aux douces nuits d’été, avec un tempo bien marqué . Un morceau à écouter l’été au coin du feu, et la voix de Julien nous donne des frissons.

 » La piscine » est un morceau aux sonorités électro, avec une mélodie très dansante. Le texte en français contraste avec le thème de la chanson.   » où étais-tu » pourrait raconter la rencontre dans une soirée, une rencontre qui nous marque. Le morceau est taillé pour la piste.  » Danse encore » est le single qui porte l’EP et c’est clairement un tube. Il nous invite à danser et à profiter de la vie, Julien distille l’énergie positive. Aucun doute  » Danse encore » est le tube de cet été 2020. Un hymne à la vie  et à la joie de vivre.   » Danse encore » termine l’EP à merveille.

Julien Granel est vraiment un artiste qui pourrait nous étonner.

 

« Modern Love » by Toybloid

Le groupe  Toybloid est un trio mené par Lou Sirkis  vient de sortir son 1 er album Modern Love et tout ce qu’on peut dire, c’est qu’il est très rock’n’roll

On le sent déja dés les premiers morceaux  » Vioence  » et  » Monster » avec des riffs de guitare tout aussi puissant et entraînant.  Les voix sonnent comme le rock et ça fait du bien d’entendre ça venant d’un groupe français.  » Diamonds » nous propulse dans un autre monde plus brutal, plus réaliste, mais tout aussi fascinant.   » Ants » nous propulse dans cette ambiance un peu dark, rythmée par les guitares  et la voix de Lou nous donne des frissons.   » Seven » possède un tempo bien dynamique, assez dansant, il y a des choeurs qui viennent intensifier la voix principale , la mélodie à la guitare est assez bien trouvé et le ton du morceau. Toybloid, c’est ce groupe de rock’n’rol qui donne un coup de fraîcheur au rock en France.  « Rck N Rll » est une chanson qui détonne en live et donne le ton de l’album. C’est un disque rock’n’roll qui envoi du lourd.   » Sunrise » c’est ce plaisir qu’on observe sur une plage au son d’une guitare et d’une voix qui nous donne un coup d’accélérateur au moral. C’est le morceau plaisir de l’été. La ligne mélodique oscille entre le rock brutal et une ballade plus douce, la voix équilibre les deux.

« Queer » est un morceau en hommage à la communauté « Queer », pour que toutes les communautés soient représentés dans la musique, pas seulement la communauté  » gay ». La ligne mélodique rock donne le ton au morceau et Lou invite à chacun a s’accepter comme il est.  On connaissait déja  » Beauty and the Beast » comme un morceau quasi culte avec ce côté rock et cette ambiance très rock’n’roll.

Les voix nous donnent des frissons, comme les riffs de guitare , sur chaque morceau. « Shiny Kid » est une chanson puissante, pour les enfants, avec des côtés très punchy, et un refrain entraînant.  Un peu comme l’est aussi la chanson  » Halo » , des riffs de guitare puissant et une voix entraînante, sur toute la longueur du morceau.   » Fur  » est une douce ballade, à la mélodie très lente qui monte petit à petit cresendo, la voix de Lou nous envoute et nous donne des frissons.   » Donna » est une chanson douce, qui tend vers le rock, la voix de Lou est envoutante, et elle nous donne des frissons.

Un second album garage rock qui révéle vraiment tout le talent du groupe.  En concert à Paris le 16 septembre à la maroquinerie.

La Pieta est pile dans « La moyenne »

La Pieta, c’est cette artiste montpelliéraine qui casse un les codes de l’industrie musicale. Son premier album  » La moyenne » est une pépite et s’entremêle de chansons et de textes parlés.

D’ailleurs, on commence avec « La moyenne » en version Slam et on finit avec un autre texte «  l’enfance » un texte personnel et touchant sur l’artiste. Entre ces deux morceaux, on a du rock, du rap et des morceaux venant de partout. D’abord, il y a «  J’ai peur » un titre rock aux influences très sombre , mais aussi le morceau «  J’revendique » un texte qui, comme son nom l’indique, est revendicateur et unique.

Elle revendique tous ses droits, y compris celui d’être une femme. «  Y en a » est une douce ballade au piano, avec sa voix qui nous berce et nous envoute. C’est mélodieux, elle a une voix qui transporte, tandis que «  Tapez » est un morceau plus percuteur, avec une dynamique plus rapide, mais la mélodie est bien cherché, bien dynamique. «  7 mois » est une ballade, 7 mois, c’est peut-être la durée d’une relation amoureuse, musicalement on est sur un piano envoutant. «  Jusqu’ici, tout va bien » est un cri de rage, un morceau coup de poing. «  Pas désolé » est une ballade avec une dynamique pop, un texte où elle s’assume et elle nous dit de nous assumer comme on est. «  Le mal du siècle » vient compléter le morceau précédent, mais en version slam. Une chanson réaliste, qu’on a envie de chanter en live. «  Noël toute seule » est un texte qu’elle a écrit en musique, une chanson pour une relation passé. Une chanson sur les relations aujourd’hui. «  Arrêter tout » est un titre chargé de sens, une chanson à texte. Sans mélodie particulière, sa voix est perçante, elle aurait pu être écrit en confinement. «  Ma guerre est finie » est une chanson qui sonne comme un hymne, le refrain est particulièrement beau. Le refrain est un hymne, entrecoupé par des couplets qui sonnent comme le rap.

Cet album est à la fois rap, rock, entrecoupés par quelques balades, et on ne s’en lasse pas.

 » L’empire » d’Arielle Dombalse et Nicolas Ker

S’il y a bien un album à écouter cet été, c’est  » Empire » l’album de Nicolas Ker et Arielle Dombalse, le duo fascinant et envoutant. Ce deuxième album est un disque doux, poétique et engagé.

D’abord, on entre doucement avec  » Hunble Gay » morceau unique et très frais du duo.  » Twin Kingdown Valley » est un titre joué en douceur au violon, mi-romantique, mi énigmatique.  Le violon marque le tempo.  » Desdemona » est un titre un peu plus sombre, avec un tempo plus marqué, la voix de Nicolas Ker marque le morceau et celle d’Arielle accompagne les coeurs. La guitare a un rôle plus important aussi, elle donne le rythme. Un morceau qui se rapproche tout aussi bien de l’univers de  » Deconstruction of the Bridge » qui se veut à la fois très sombre, marqué par la voix de Nicolas Ker et les choeurs d’Arielle Dombalse.  » The Drowning Ocean » est un morceau dansant, unique, qui nous invite à venir faire la fête dans ce fameux grande hôtel, où la voix masculine domine, rejoint par la douce voix  d’Arielle.  Un album avec un romantisme très noir, mais on sent qu’il y a toujours la lumière au bout du tunnel.

 » Le grand hôtel » est un morceau spacieux, envoutant avec deux voix qui s’accordent à merveille et se croisent sans jamais se lasser.   » Just Come Back Alive » nous fait nous sentir vivant, nous surprend  et nous donne des frissons.  Un titre doux, envoutant, avec des tessitures très électro.   » Lost Little Street » est une invitation au rêve , à la douceur et à l’espoir.   » The Palace of the Virgin Queen » invite au luxe et à la douceur, à l’énergie et à la pureté. Les deux voix s’unissent à l’unisson., poétique, dynamique le titre nous évoque la luxure et ses plaisirs.   » A simple Life » est un titre doux, unique, où seule la voix d’Arielle nous donne des frissons. La mélodie est donné par la guitare, et ses notes donnent des frissons.  C’est un morceau à la dynamique très pop mais avec la classe des deux artistes.  » Enter the black light » est un morceau dynamique, puissant, sombre mais aussi avec du rythme et un tempo bien marqué, mené par la voix de Nicolas Ker.   » We Bleed for Ocean » est un morceau dont le clip est un avertissement pour le plastique dans les océans. Trop de plastique tue forcément  les créatures qui y vivent et abîme l’eau.

Un disque authentique, à écouter sans hésiter. Ils seront en concert le 17 septembre à la Maroquinerie à Paris.

 

 

1er concert post-confinement

Pour la fête de la musique, l’AccorArena de Bercy invite 2 OOO personnes dans sa salle pour un concert en direct sur France 2.

Le premier concert en Europe post-confinement et les artistes étaient au Rendez-vous : Tryo, LEJ,  Claudio Capéo, Vitta & Slimane, Vianney, Boulevard des Airs, Garou,… La plupart ne se sont pas produit depuis des mois et sont heureux ne serais-ce que de retrouver la scène le temps d’une soirée.  Intitulé  » Tous pour la musique » on y a retrouvé la plupart des artistes en vogue sur la scène , que ce soit Hoshi, Clara Luciani,  Suzane, Antoine Elie, les jeunes qui font vibrer cette scène musicale française.  Toutes les générations étaient là ainsi que les différents styles musicaux, comme celle de Benjamin Biolay e Yannick Noah tout comme les rappeurs Soulking et Roméo Elvis, ainsi que Kendji, Amir ou encore Bilal Hassani.

La particularité de cette soirée, c’était qu’elle réunissait toute la francophonie au complet, ainsi on a eu droit à un live en duplex de Pierre Lapointe, la Sisse était représenté par Aliose en live.

Dans le public, les conditions étaient particulières : Chacun porte son masque et met de la distance, avec un siège vide entre chaque personne.

Même si les conditions étaient très étrange, le moment de communion fut assez unique.

Ferno rythme la chanson française

Ferno est le nouveau petit prince de la chanson française avec un hymne pop , il rytmme ses romances au travers de quelques mélodies . Avec son EP  » Aller simple », on sent tout de suite sa sensibilité unique.

« Aller simple » est un morceau épuré, totalement, avec une voix envoutante et en français.   » Voie lactée » est un titre disco avec une voix douce en fond. Un hymne disco avec des arrangements plutôt bons, taillé pour le dancefloor.   » Hollywood » est une chanson qui évoque les vacances, le paysage et l’espoir,  une chanson qu’il fait bon d’écouter à la plage, musicalement on a des influences qui viennent un peu de partout.  Ces chansons représentent le labyrinthe de ses pensées et de ses espoirs. Musicalement, c’est de l’électro pop assez dynamique, chanté en français,  avec un tempo bien présent.

« Osaka » donne son nom à l’EP,  un titre en référence à une ville du Japon, c’est un titre dansant, positif, avec du rythme et une invitation à la danse.  « Love » est une ballade en hommage à l’amour, au piano avec une voix très épurée, et très douce. un morceau tantôt piano tantôt disco. Envoutant.

 » Pour un flirt » est une cover de Michel Delpech en douceur avec cette teinture musicale qu’est son électro pop

Tessae est une fleur du  » Printemps »

Tessae sort son 1 er EP  » Printemps » au début de l’été,  et pourtant on sent que la jeune artiste est solaire.  Tessae oscille entre plusieurs genres, mais on pourrait la comparer à Angèle ou encore à Suzane.  Un disque entre rap et hip-hop.

Déja, ça se ressent avec le morceau  » Atlantis »  avec des notes très épurées et une voix bien présente.   » Bling » se veut plus sombre, plus rap, un peu à la booba avec quelques références littéraires  et on sent l’influence de Diam’s aussi un peu.

On ne sait pas si c’est une mode, mais beaucoup de jeunes chanteuses ont forcément eu une chanson qui s’intitulait  » La flemme » d’abord, il y a eu celle d’Angèle, puis celle de Suzane  mais celle de Tessae est vraiment original, avec des paroles réalistes et un bon beat.  Elle a une voix, une présence,  ça se ressent.

Sa  » Madone  » est originale, jeune, libre, Tessae défend sa génération. Il y a du rythmé, un bon phrasé et les mots ont du rythme.   » Purple Rain » pourrait être emprunter à Prince, d’ailleurs le simple fait d’appeler sa chanson comme ça l’est surement.  C’est doux, épurée, sa voix oscille entre le chant et le rap, avec un coté très féministe.

Une artiste à suivre, qui pourrait bien nous surprendre. En attendant, profitons de son  » printemps » avec elle.

Sopico, le rappeur sincère

Sopico est l’un des rappeurs sur qui il va falloir compter. C’est sans doute la relève du rap game. Dans son EP   » épisode zéro » 6 titres, il distille son histoire e repart de zéro pour tout nous raconter. On a pu aussi découvrir Sopico dans la série  » The Eddy » de Damien Chazelle qui racontait l’histoire d’un club de jazz et des aventures de son gérant.

On le ressent à l’écoute du premier titre  » atterrir » mais aussi à l’écoute du morceau  » d’où je viens ». On a un vague échappatoire dans un autre monde avec  » Décoder » qui se veut surtout être un interlude entre deux morceaux.   » Sans titre » est un morceau réaliste et plutôt atypique, pourtant, on le sent vraiment personnel.   » Loin » possède quelques sonorités électro et assez entraînante, la voix du rappeur, profonde. Sopico manie à merveille la chanson française.

 » Thème » est un titre doux, comme une ballade à la guitare. Et la voix de Sopico, elle, nous transporte, qui monte d’un coup vers quelque chose de plus épurée, quand on avance plus dans le morceau.

La guitare, c’est bien le fil conducteur de cet artiste un peu particulier, mais qui mérite qu’on s’y intéresse, en tout cas la scène française révèle  de belles surprises.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑